samedi 29 avril 2017

Voyage intérieur : Pascale Veyron expose pigments sur papier et céramiques


Ces nouvelles peintures de Pascale Veyron nous invitent à un voyage intérieur. Pigments sur papier. Noir, blanc, gris, brun et soudain : jaune, et tension bleutée du gris -– comme le printemps surgit en une floraison. La couleur explore tous les possibles de la matière, tantôt fusant, tantôt dense comme un agglomérat poussant noirs et blancs à une intensité magnifique, tantôt légère presque liquide, comme une coulée d’or, tantôt faite de multiples transparences, superpositions, qui conduisent le regard dans la profondeur de la matière. A voir aux édition L. Mauguin du 20 avril au 6 mai inclus (! fermé samedi 29 avril !). 



Pascale Veyron

Voyage intérieur

pigments sur papier, céramique


P-Veyron.jpg (459 Ko)


exposition
20 avril au 6 mai 2017





samedi 11 mars 2017

C'était poursuivre une conversation : exposition de grands dessins de Martin ZIEGLER


Au cœur de cette série de dessins, trois motifs investissent l’espace blanc du papier : l’oiseau, le ciel, l’arbre.
Tour à tour et conjointement, l’aquarelle, la mine de plomb, le pastel et la superposition des papiers sont employés tantôt à faire jaillir le sujet en un élan de couleur s’effritant aux limites du cadre, tantôt à le ramasser en une tension de matière –dense ou fluide, compacte ou éparse. 
L’oiseau, le ciel, l’arbre se recomposent sous différentes formes, allant parfois jusqu’à emprunter les uns aux autres. Le dessin devient un espace de calme ou d’énergie, de menace ou d’épanouissement, témoin des différentes conversations entretenues ici avec les peintres et la peinture.
Au plaisir de vous faire découvrir ces dessins de Martin Ziegler jamais exposés.


Martin Ziegler 
C'était –- poursuivre une conversation
grands dessins




exposition
11 au 25 mars 2017

vernissage samedi 11 mars 
de 16h30 à 19h30

mercredi 22 février 2017

Exposition photographique de RICHARD BLANDIN : Nuées, paysages à la lumière pâle


C'est un tout nouveau travail photographique de Richard Blandin que nous vous invitons à découvrir à partir du mercredi 22 février 2017.
Fibres de nuages, frondaisons encrées dans les nuées, lignes de végétal élancées dans le ciel démesuré d'un paysage de lande, lumière comme filtrée par la trame d'un parcours, qui semble hérité à la fois de la tradition des graveurs par la texture et la profondeur de ses noirs (on l'avait déjà remarqué dans l'exposition D'un bord, l'autre) et de la peinture extrême orientale par la délicatesse de cette lumière pâle, la matérialité du papier, la ligne à la fois frêle et infaillible.
Rendez-vous donc pour cette exposition photographique et la présentation du livre d'artiste qui l'accompagne du mercredi 22 février au 8 mars




Richard Blandin

Nuées, paysages à la lumière pâle

photographie / livre d'artiste



exposition
22 février - 8 mars 2017

vernissage : mercredi 22 février 
de 18h à 20h30


pour en savoir plus sur le travail de Richard Blandin : http://www.richardblandin.fr/

mercredi 16 novembre 2016

Fabienne Yvetot expose monotypes et gravures dans la nouvelle galerie des éditions L.Mauguin


Que ce soit dans la transparence de l'eau, dans la carnation d'un visage, dans la matière de ses fonds ou dans la composition de ses espaces, Fabienne Yvetot travaille à faire naître la lumière. A travers l'ouvrage patient de la gravure ou le geste plus immédiat du monotype, le noir et blanc ou la couleur, le sujet silencieux, énigmatique, capture notre regard et nous invite à questionner l'oeuvre. Quel temps, quel lieu, quelle émotion... ?
Au plaisir de vous faire découvrir ce travail, dans notre nouveau lieu, et de vous revoir après ces longs mois ... 



Fabienne Yvetot

monotypes - gravures
‍‍

















exposition
23 novembre - 7 décembre 2016

vernissage mercredi 23 novembre
18h - 20h30


Le Saint-André des Arts projette la Trilogie de Martin Ziegler






















 










Trilogie M. Ziegler
Une forme de mythe moderne où la poésie sort vainqueur dans toute sa gravité, sa beauté, sa rigueur et son absence de faux-espoirs. Les trois films se situent dans un espace où une guerre, lointaine, non vue, semble une menace sourde, plus imprécise que l’abîme personnel devant lequel se trouvent les personnages.

Gon’(Alice)
Refus de créer, retour sur les lieux de l’enfance, les lieux de la blessure, tentative de se taire, de revenir à la dignité de l’enfant, qui accepte sa solitude devant ce qui l’effraie, le blesse ou l’éblouit, le personnage d’Alice opère un retour en soi et en sa blessure, elle renonce à l’art, à sa tentative de réparation qu’était l’acte de peindre et choisit de sombrer dans sa blessure.

With Out
Refus de parler, le personnage depuis longtemps, peut-être toujours, a refusé de parler, il n’en a jamais senti la nécessité, même si les autres autour de lui se sont abîmés à son mutisme. Désormais seul, ses pas l’ont conduit à une bâtisse en ruine, où les pierres semblent faites de lumière, où le silence qui l’enserre le plonge dans le passé, le rêve et la répétition de gestes quotidiens, expiatoires, comme la visite au cheval délaissé, ami sans demande, avec qui partager une pomme, un contact, une caresse. Tour à tour, réel, fantasme, souvenir, les images, les sons, la musique se fondent en une unité, une densité et une simplicité lumineuses.

VWaR
Refus d’abdiquer. Dans un univers où plus rien ne semble subsister, la ville est désertée de ses bruits, les objets sont abandonnés dans des lieux détruits, quelques personnages errants se joignent petit à petit les uns aux autres dans une marche vers autre chose, où ils trouveraient de quoi nourrir leurs corps affamés et comprendre quel sens donner à leur survie. Alors que le temps semble incapable de refermer leurs blessures, alors que leur marche ne leur permet de trouver que de maigres aliments, c’est la tendresse qui s’empare de ces êtres qui révèlent leur capacité de soutien et d’amour. Leur quête paraît aboutir à un vaste domaine où une femme solitaire semble détenir des réserves de nourriture sans limite et le secret qui donnerait réponse à leurs questions, mais cette rencontre dans son mystère bienveillant ne permet pas de stopper la quête qui reprend – sans objet, sans nom, sans sens ?

Il y a dans ces trois films de Martin Ziegler un travail de l’image pictural. Cadrage, lumière, matière. Qu’ils s’attachent à un visage, à un corps, au paysage, tous les éléments de l’image composent un langage cinématographique complexe, signifiant, émouvant. L’image, le mouvement et le son, la musique parfois, créent un langage d’une telle acuité que la parole ne semble presque plus nécessaire et c’est avec très peu de mots que nous touchons les différentes dimensions esthétique, philosophique, mystique, psychanalytique et artistique contenus dans cette trilogie.


Sélection Les Découvertes du St-André
du 3 février au 1er mars 2016

Le St-André des Arts
30, rue St-André des Arts
75006 Paris
Métro St Michel ou Odéon lignes 4,10 
RER B et C - St Michel
Bus 21, 24, 27, 38, 85, 96

vendredi 11 novembre 2016

Les éditions L. Mauguin ont réouvert leurs portes au pied de la Butte aux Cailles


Retrouvez nos ouvrages, notre programme de lectures et d'expositions dans notre nouvelle Librairie-Galerie au pied de la Butte aux Cailles à Paris.

32 rue Vergniaud 75013 Paris

Les éditions L. Mauguin ont déménagé au 32 rue Vergniaud Paris XIII

Retrouvez nos ouvrages, notre programme de lectures et d'expositions dans notre nouvelle Librairie-Galerie au pied de la Butte aux Cailles à Paris.


32 rue Vergniaud 75013 Paris


inauguration samedi 5 novembre et mardi 8 novembre 
de 16h à 20h